Pour ma montée annuelle à la "Capitale" cette semaine, mon jour "à moi" dans l'année, j'avais prévu de me faire un sac.

C'est un peu mon marronnier de Novembre.

Je voulais utiliser le même tissu que pour celui-ci.

J'ai mis un temps fou à me décider sur la forme, anses ou pas, choix de la doublure ...

Bref, tu me connais, ça cogite puissance mille.

Pour tout et n'importe quoi, on est bien d'accord ...

Puis le salon approchant, je me suis lancée.

Le tissu est une toile enduite facile à travailler, la doublure un chambray bleu.

Depuis le temps que je me fais des sacs, j'ai bien imprimé ce qui m'est indispensable : des tas de petites poches pour mettre cb, cni, carte vitale, chéquier, papiers de la voiture, carte de mutuelle et mouchoirs.

Ca fait des années que je n'ai pas croisé un portefeuille, mon sac est mon portefeuille.

Et évidemment les mousquetons pour les clés parce que je déteste prodigieusement avoir à fouiller au fond du sac pour les trouver. Oui, tu as raison, je ne suis pas patiente.

Je suis assez minimaliste en matière de sac, je ne trimballe que l'indispensable, j'avoue être toujours amusée par ces femmes qui ont toute leur vie/maison dans leur sac !

Et puis de toute façon, mes cervicales et mes épaules ne sont pas capables de plus.

Je n'ai pas fait de portemonnaie cette fois-ci, la copine d'une copine qui m'avait demandée de lui faire un bracelet comme celui-ci m'a offert un joli portemonnaie pour me remercier, c'est chouette non ?

Donc, je suis partie sur l'idée du cabas en taille réduite.

 

Les tissus sont très souples mais j'ai malgré tout choisi de ne pas les entoiler et ça me va parfaitement.

Avec une fermeture éclair et des anses qui pétillent, coordonnées à une des bandes du sac.

Les anses devaient me permettre de le porter sur l'épaule - même si j'évite, rapport à l'état des dites épaules ! - mais je voulais aussi une bandoulière pour pouvoir mettre mon sac devant, plus rassurant sur un salon où tu dois jouer des coudes pour avancer.

Et puis j'aime bien avoir le choix donc anses et bandoulière au programme, basta.

La bandoulière est faite avec le tissu du sac pour éviter le "too much" du fushia - too much que j'ai déjà sans doute atteint rien qu'avec les anses pour certaines !!! -.

j'aurais pu la coudre directement au sac mais j'ai choisi l'option mousqueton pour faire un peu plus "abouti".

A l'extérieur j'ai fait une poche pour pouvoir glisser le portable, je n'ai évidemment pas mesuré la taille de mon téléphone avant, mais j'étais dans un jour faste #merciDieudelaCouture ...

Poche fermée par un bouton magnifique dont je n'ai aucune idée de l'origine.

Et ma pépette en badge pour l'avoir toujours avec moi.

Sinon, pour l'intérieur : de la poche, de la poche et de la poche.

 

 

 

Alors évidemment aujourd'hui tout ça est bien futile, dérisoire par rapport aux évènements de ces derniers jours.

Je n'ai pas encore été capable de reprendre le chemin de ma MAC, l'esprit accaparé par tous ces disparus.

Je n'ai pas été capable de "monter à la Capitale", l'esprit accaparé par tous ceux qui se lèvent désormais orphelins d'un proche.

Même si j'ai toujours eu conscience qu'à chaque instant se jouent des drames terribles de par le monde, quand ils touchent les "tiens", de cette façon, tu es forcément plus ébranlée.

La vie reprend doucement, encore moins légère qu'avant.

Et je t'embrasse - ou pas -