POINT D'ETAPE à M + 4

Très simple à réaliser dans la mesure où l'on respecte les normes classiques d'hygiène.

J'adhère et je continue à réaliser mes petits bocaux !

 

La choucroute, c'est comme le pois chiche : en intra-veineuse !

Il m'arrive même de les associer et c'est un délice, mais je ne suis pas objective !

D'ailleurs, la choucroute c'est le plat complet ou juste le chou lacto-fermenté - cuit - ?

Parce que lorsque je demande du chou à choucroute à mon boucher, il me regarde comme si je parlais chinois !

Bref, sa confection - de la choucroute pas du boucher ! - m'a toujours intriguée, mais tu me connais, je suis un diesel, lente au démarrage mais une fois lancée, tu ne m'arrêtes plus !

Bref, j'ai lu par-ci par là ce qu'était la lacto-fermentation.

J'ai vite compris que c'était un mode de conservation générant des bienfaits idéaux pour mes intestins ultra-capricieux - pour être polie ... -.

Ca n'est d'ailleurs pas un hasard, je pense, si j'aime tant la choucroute.

Il arrive un moment où l'on sait inconsciemment ce qui est bon pour nous, j'aurais mis 44 ans, il n'est jamais trop tard ...

Bref, récemment j'ai vu un reportage sur les légumes lacto-fermentés et vraiment ça a levé les quelques réticences que j'avais.

Le côté sans stérilisation - une hygiène "classique" est cependant requise ! -, sans risque sanitaire - ça pue quand c'est daubé, donc tu jettes, c'est clair ?!-, du gros sel sans additif - oui ça existe avec additif, pauvre de nous ... -, des pots avec joint, de l'eau non chlorée, des légumes frais et locaux non traités - ça c'est moi qui le décrète ! -, de la patience et la messe est dite !

Et comme rien n'arrive jamais par hasard, peu de temps après le reportage, sur un vide grenier, une dame vendait 6 pots Le Parfait pour 3 €

Elle a voulu que je lui raconte ce que j'allais en faire, je n'aurais pas eu cet échange si je les avais achetés - plus chers - au supermarché !

Evidemment, j'ai acheté des joints neufs.

BREF, j'ai fait mes recherches sur Pinterest, le tableau c'est cadeau !

J'avais en stock des carottes et du chou rave - j'adore le coleslaw ! -, ma première association ainsi que des betteraves rouges et du radis noir, ma deuxième association !

J'ai lu tout et son contraire sur la méthode, l'obligation de stériliser, laisser ou pas le pot ouvert les premiers jours, la durée de conservation au frais avant dégustation, j'ai préféré me baser sur le reportage vu et sur le blog ni cru ni cuit.

J'ai donc :

- nettoyé mes légumes comme je le fais habituellement à l'eau et au vinaigre blanc,

- râpé mes légumes finement comme je les aime,

- mélangé 15 g de gros sel sans addictif à 500 ml d'eau non chlorée,

- mis mes légumes crus rapés dans le pot, bien tassés,

- couvert mes légumes de ma saumure jusqu'à 2 cm en dessous de l'ouverture en recouvrant bien les légumes - ça "gaze" d'où le besoin de place !-,

- fermé mon pot à joint,

- laissé mon pot fermé à température ambiante pendant 7 jours - c'est très déco en plus ! -,

- mis mon pot en bas du frigo pendant 1 mois.

 

 

Et alors ?...

Zorro est arrivé ?

Non !

J'ai goûté mes carottes/chou rave parce que le mélange betterave/radis noir a noirci et a fini à la poubelle, sans doute les légumes étaient-ils mal nettoyé ou les radis que je gardais depuis un peu longtemps étaient-ils daubés !

J'ai prélevé une petite quantité pour goûter et j'ai laissé le reste dans ma saumure, le pot a repris la direction du frigo.

Le pchiiiiiiiit à l'ouverture m'a confirmée que le mélange n'était pas éventé.

Il faut juste égoutter les légumes, ne surtout pas les rincer, tu perdrais les bénéfices des bactéries qui s'y sont développées.

Forcément, il y a un petit goût acidulé et la présence de sel das la saumure ne nécessite pas de mettre du sel si tu les associes à autre chose.

Si tu les cuis, tu vas forcément perdre une grande partie des bénéfices des bactéries mais pourquoi pas après tout ! 

Je suis conquise, à moi les légumes lactofermentés !

Bonne cuisine !

Et comme je suis urbaine, un pdf récapitulatif !

pdf